Quand Joué se la joue hip-hop

Quand Joué se la joue hip-hop

Hugo Senbeï utilise un Joué pour ses multiples projets musicaux mêlant hip-hop, electro et trip hop. De son studio bordelais aux scènes internationales, il nous raconte son usage présent et futur de ce contrôleur pas comme les autres qu’il a rapidement appris à maîtriser.

 

Le senbei est une galette de riz gluant japonaise. C’est aussi le nom du projet electro-hip-hop au succès international de Hugo, compositeur, DJ et beatmaker français. Ce dernier est aussi l’un des deux membres de Smokey Joe & The Kid, dont les morceaux combinent groove electro et samples de musique populaire américaine, et en plus de cela, il travaille sur un nouveau projet, le tout entre deux dates de tournée un peu partout en Europe. Il a pris quelques minutes sur la route de son prochain concert pour nous parler de son usage du Joué.

 

« En tant qu’instrumentiste, le Joué m’a tout de suite parlé, car il ouvrait de nouvelles possibilités dans le domaine du contrôle MIDI. »

 

Tu utilises le Joué quasiment depuis sa sortie. Comment es-tu venu en contact avec ?

Une personne avec qui je travaillais sur scène avec Smokey Joe & The Kid m’en avait parlé. Je me suis tout de suite dit que cet objet avait un super potentiel, et je me suis mis à m’en servir très vite. Jusqu’alors, j’utilisais uniquement de claviers et des samplers. Et comme je suis aussi instrumentiste au départ, un instrument comme le Joué m’a tout de suite parlé, car il ouvrait de nouvelles possibilités dans le domaine du contrôle MIDI.

  

Comment est-ce que tu as fait rentrer le Joué dans tes habitudes de composition ?

Je l’ai tout de suite intégré à mon home studio. En revanche, ce n’était pas possible pour moi de m’en servir sur scène, car je n’avais pas composé mes morceaux avec. Pour pouvoir être utilisé en live, le Joué doit vraiment être intégré au processus créatif en amont, selon moi. Du coup, pour le moment je n’ai pas utilisé le Joué sur scène, pour des raisons purement pratiques et techniques, mais je travaille actuellement sur un nouveau projet trip hop orchestral avec un pianiste, Julien Marchal, et on va intégrer le Joué dans notre dispositif de scène. On est d’ailleurs en discussion avec l’équipe de Joué pour voir ce qu’on pourrait faire ensemble autour de ce projet – mais je ne peux pas en dire plus pour le moment. Quoi qu’il en soit, on a déjà prévu de faire eu teasing vidéo en utilisant le Joué au moment de la sortie du projet. 

 

« Le Joué a un potentiel énorme auprès des musiciens mais aussi du grand public, car c’est un instrument hyper accessible. »

 

À ce propos, peux-tu nous parler des vidéos que tu as faites où tu composes avec le Joué ?

Il s’agit des trois morceaux que j’avais composés et joués pour la sortie officielle du Joué, lors de l’événement qu’ils ont organisé à Darwin, à Bordeaux. J’en ai fait des vidéos par la suite, et elles ont eu pas mal de succès. D’ailleurs l’un de ces morceaux a fini par se retrouver dans une publicité pour Engie ! Le Joué a un potentiel énorme auprès des musiciens mais aussi du grand public, car c’est un instrument hyper accessible, ça se voit quand on regarde quelqu’un s’en servir, comme dans ces vidéos. 

 

En tant que guitariste, que penses-tu du module fretboard du Joué ?

Ce module est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai intégré le Joué à mon studio. Pour tout ce qui est sons de basse notamment, c’est génial. J’ai fait une vidéo où je fais un solo de basse sur le Joué, et ça sonne vraiment bien. C’est beaucoup plus intéressant et amusant que de jouer des basses avec un clavier MIDI classique. Le module du fretboard est pensé pour les gens qui jouent déjà de la guitare ou de la basse, et c’est vraiment cool de pouvoir combiner ce type de jeu avec la technologie MIDI.

 

Vu l’aisance que tu as acquise avec l’instrument, est-ce que tu estimes avoir encore des choses à explorer avec le Joué ?

J’ai fait le tour de ce qui m’intéresse personnellement avec l’instrument, mais chacun peut développer sa manière de s’en servir, y compris en dehors de la musique. Par exemple la personne en charge des lumières pour Senbeï se sert d’un Joué pour contrôler les lumières sur ma tournée cette année. Le Joué lui permet d’ajouter plus de créativité dans ses lumières. On en avait discuté après qu’il a vu mes vidéos, et il s’est mis à l’utiliser.

 

De quelle façon est-ce que tu composes avec le Joué ?

Il est en permanence sur mon bureau. Dès que j’ai envie de jouer quelque chose un peu différemment, d’une façon plus tactile, je me sers de mon Joué et j’enregistre. En ce moment, je travaille sur mon projet avec Julien Marchal et sur le prochain album de Smokey Joe & The Kid ; je partirai en tournée pour ces deux albums à partir de fin 2020, et je compte bien me servir de Joué sur scène à ce moment-là. Avec Julien, on envisage d’avoir un Joué chacun sur scène, en plus d’autres instruments.

 

Le Joué est un objet original et en même temps doté d’un certain souci de qualité. Tu es sensible à cela ?

Absolument. Pour commencer, c’est agréable de savoir d’où ça vient, par qui c’est fabriqué, et avec des matériaux de qualité. Ça change des contrôleurs MIDI en plastique bon marché. Le seul défaut que je lui trouve, notamment pour un usage sur scène, c’est qu’il est trop petit !

 

Interview par Patrick Haour




x